Relations et la violence domestique

Relations

Avoir des relations saines avec ses proches, ses amis, et ses partenaires n’est pas toujours facile. De nombreuses relations peuvent devenir fragiles ou toxiques, surtout avec la famille et les partenaires. 

Se protéger lors des rapports sexuels est essentiel pour préserver des relations saines. Ne pense pas qu’une grossesse ou une infection transmissible sexuellement (ITS) ne peut pas t’arriver. Voici quelques chiffres révélateurs :

  • Plus de 75 % des Canadiens auront une ITS au cours de leur vie.
  • 85 % des femmes qui n’utilisent pas de méthode de contraception seront enceintes en moins d’un an. (Santé sexuelle autochtone)
  • Si tu penses à avoir des rapports sexuels bientôt, il est temps de parler de contraception, d’ITS et de rapports protégés.
  • Regarde cette vidéo de la SOGC pour t’informer au sujet des différents moyens de contraception et des ITS.

Bien souvent, les problèmes dans nos relations commencent par des petits incidents ou gestes qui semblent sans importance, et on ne s’aperçoit qu’une relation est destructive qu’après les dégâts. Parfois, c’est un traumatisme, comme des attouchements ou un viol dans notre enfance ou notre jeunesse, qui influence nos choix de partenaires, et nous recréons le traumatisme passé sans nous en rendre compte. 

S’opposer à des membres de notre famille, à des personnes influentes (comme un leader communautaire ou un enseignant) est terrifiant. Parfois, cela semble impossible, ou bien on pense que cela fera plus de mal que de bien, mais c’est faux. Personne ne mérite de subir la violence ni la soumission. Il est tout à fait possible de se sortir d’une mauvaise relation, et des gens sont là pour t’aider. 

Faits :

  • 164 femmes autochtones étaient portées disparues et 1 017 avaient été assassinées au Canada fin 2013.
  • Amnesty International Canada et les Nations unies ont demandé au gouvernement du Canada de prendre des mesures, sans succès.  
  • Le nombre de femmes autochtones victimes de meurtre est resté relativement constant, alors que ce nombre a baissé parmi les femmes non autochtones.

La violence envers les femmes est commune à toutes les cultures et religions, à toutes les ethnies et communautés. Elle touche les femmes de tout âge et de toute condition sociale. Les femmes autochtones au Canada sont particulièrement à risque :

  • Les femmes autochtones (Premières nations, Inuits et Métis) ont plus de 8x plus de chances d’être tuées aux mains de leur partenaire que les femmes non autochtones. 
  • Les femmes autochtones ont 3,5 x plus de chances d’être victimes de violence que les femmes non autochtones. 
  • Les femmes autochtones sont encore plus vulnérables à cause de facteurs systémiques qui aggravent les problèmes, notamment le traumatisme intergénérationnel dû aux pensionnats, au racisme et au sexisme.

SI tu as besoin d’aide :

Dernières nouvelles

Article pour le blogue : la violence envers les femmes autochtones
Reconnaître les signes de danger : la dépendance affective
Par Chrystal Dawne
La réconciliation et l’éducation des enfants
Par Chrystal Dawne

Mots clés

weremember indigenousveteransday http-spiritpanels-humanrights-ca

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)