Santé et bien-être

Questions-réponses — Arctic FOXY

Nous avons parlé au directeur exécutif de l'organisation, Candice Lys

FOXY_facebook.png

Pourquoi était-il important de créer FOXY et d’organiser des ateliers/retraites pour les jeunes pour parler de sexualité et de santé sexuelle?

Pour mes recherches de maîtrise, j’ai parlé à des jeunes femmes d’un bout à l’autre des Territoires-du-Nord-Ouest au sujet de leur expérience de l’éducation sexuelle, de leurs suggestions pour améliorer ce type d’éducation. L’une après l’autre, elles m’ont dit qu’elles voulaient que ça soit fun, pas comme des cours de math, et que ça porte sur l’ensemble des aspects de la santé sexuelle (plutôt de de se concentrer sur l’orthographe correcte du mot « gonorrhée », par exemple); elles voulaient aussi que ce soit enseigné par des personnes auxquelles elles peuvent s’identifier.

Quand j’ai commencé mon doctorat, je voulais travailler sur un projet qui mettrait tout cela en pratique, pour répondre aux besoins des jeunes du Nord et des autres jeunes Autochtones. Alors, en 2012, nous avons créé FOXY. Nous avons décidé de recourir aux arts pour parler de questions qui comptent beaucoup pour les jeunes des Premières nations, y compris des enseignements « englobants » qui parlent aussi bien de santé sexuelle que des aspects d’une relation saine ou de prendre de bonnes décisions dans la vie.

FOXY a remporté le Prix Inspiration arctique en 2014. Qu’est-ce qui a changé pour l’organisation depuis? Qu’avez-vous fait du million de dollars qui accompagnait le prix?

Le Prix Inspiration arctique a été un cadeau incroyable pour FOXY, et nous sommes incroyablement reconnaissants. Nous avons pu développer nos activités au Yukon et au Nunavut, et toucher beaucoup plus de jeunes filles et jeunes femmes dans les Territoires-du-Nord-Ouest et de créer un problème parallèle, qui n’a pas encore de nom, mais qui en aura un très bientôt. Nous avons aussi hâte de lancer notre programme pour les hommes et d’ouvrir notre première retraite pilote avec eux au mois de juillet. Il y aura aussi des ateliers en milieu scolaire à l’automne.

Le fil Twitter de FOXY donne presque le tournis. On dirait que tu voyages tout le temps! Qu’est-ce qui t’occupe, ces derniers temps?

Pour l’instant, en fait, c’est notre période « calme »; on se prépare pour notre atelier de réflexion des 6 et 7 mai sur ce que FOXY peut proposer aux garçons et aux hommes, sur la structure des programmes, donc on n’a pas voyagé ces trois dernières semaines! Cet automne et cet hiver, nous avons eu le plaisir d’offrir 32 ateliers dans 20 écoles de 18 de nos communautés des Territoires-du-Nord-Ouest, c’est vraiment super! Nous avons aussi fait un tour dans cinq communautés éloignées du Yukon, et nous irons bientôt rendre visite à 4 écoles de Whitehorse!

Les jeunes que vous rencontrez sont-ils ouverts à différents types d’éducation sexuelle?

Le but de FOXY, c’est justement de leur donner des informations correctes et réalistes au sujet de leur santé sexuelle et de leur bien-être général, pour donner à tous les meilleurs outils possible et les aider à prendre de bonnes décisions dans leur vie. Nous venons tous de milieux différents, nous avons un vécu différent, et nous savons ce qui nous convient le mieux. FOXY ne cherche pas à dire aux gens quoi faire ou comment le faire. Les jeunes que nous rencontrons sont formidables, et ils sont vraiment ouverts à ce que nous essayons de faire. Ça fait une sorte de grande famille.

Qu’avez-vous appris des ados que vous avec rencontrés?

Je pense que les adultes écartent trop rapidement les jeunes, sans leur donner une chance.

Nos ados sont intelligents, ils disent les choses comme elles sont, ils sont pleins de passion. Ils trouvent eux-mêmes de bonnes solutions auxquelles nous n’aurions jamais pensé. Certains des moments les plus inoubliables de notre expérience avec eux ont été les longs trajets entre différentes communautés éloignées avec nos chefs d’équipe. On a le temps de parler de la vie et de tout le reste, et ils m’ouvrent les yeux sur une façon de penser complètement différente. Je ne comprends vraiment pas pourquoi tant de gens refusent de passer du temps avec les ados, leur point de vue est tellement rafraichissant!

Est-ce que tu vois des changements dans la façon dont les écoles enseignent ce sujet, partout au pays? Est-ce qu’il y a des endroits, ou des provinces, qui abordent l’éducation sexuelle en tenant compte des différentes sensibilités et des différentes cultures, pour que les enseignements soient réalistes et vraiment utiles?

Beaucoup de gens en première ligne font un travail formidable, et beaucoup d’organisations comprennent qu’il est important de tenir compte des cultures et d’adapter les enseignements en conséquence, tout en restant réaliste. Ensemble, je pense qu’on progresse lentement vers un Canada en meilleure santé. 

Quelles sont les prochaines étapes pour FOXY?

Début mai, nous allons organiser un atelier de réflexion pour réunir des jeunes, des parents, des éducateurs, des leaders communautaires, des professionnels de la santé et d’autres hommes dans le Nord que cela intéresse, pour élaborer le programme et trouver le nom de FOXY pour les hommes. Ensuite, on ne perdra pas une minute et on se lancera dans notre programmation pour l’été!  

 

 

 

 

 

Plus d'histoires

Par Trevor Jang
Le Canada honore un activiste autochtone
Par Trevor Jang
Dr. Evan Adams : Du grand écran au cabinet de médecin
Au cours des prochains mois, Nouveaux débuts affichera sur son site des spectacles exclusifs Joseph Boyden, Leanne Simpson, ATCR et d’autres
The Basement Revue : art et réconciliation
Au cours des prochains mois, Nouveaux débuts affichera sur son site des spectacles exclusifs Joseph Boyden, Leanne Simpson, ATCR et d’autres

Mots clés

weremember indigenousveteransday http-spiritpanels-humanrights-ca

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)