Des Nouvelles

Journée chemise orangeArticle Journée du gilet orange - 2018

La Journée du gilet orange reconnaît les préjudices causés par le système des pensionnats indiens au Canada envers des générations de familles autochtones et leurs communautés.

Le 30 septembre de chaque année, des Canadiens d’un bout à l’autre du pays participent à la Journée du gilet orange.L’Association nationale des centres d’amitié (ANCA) et Nouveaux débuts reconnaissent que cette journée constitue une opportunité de susciter des discussions significatives au sujet des effets des pensionnats indiens et de l’héritage légué par ceux-ci. C’est une discussion à laquelle tous les Canadiens et Canadiennes peuvent prendre part pour créer des ponts entre eux pour la réconciliation. C’est une journée pour réaffirmer aux survivants ainsi qu’à tous ceux touchés par les pensionnats indiens, qu’ils sont importants et que leurs expériences sont accueillies de façon respectueuse. Chaque enfant compte, même s’il est aujourd’hui adulte. Nous reconnaissons et honorons tous les survivants des pensionnats indiens et ceux qui n’ont jamais pu se rendre à la maison.

Quelle est l’origine de la Journée du gilet orange? Le mouvement est issu du récit raconté par Phyllis Webstad, qui s'est fait arracher son tout nouveau gilet orange lors de sa première journée au pensionnat indien de St. Joseph Mission. Elle a partagé cette histoire lors d'une cérémonie commémorative à Williams Lake, C.-B., en 2013. Webstad a dit : « La couleur orange m’a toujours rappelé cet évènement et comment mes sentiments étaient sans importance, comment personne se souciait de moi et de ce que je ressentais, comme si je ne valais rien. Nous étions tous là, de petits enfants qui pleurions, et personne ne s’en souciait. » La date du 30 septembre a été choisie puisque c’est la date à laquelle les enfants étaient arrachés de chez eux pour être emmenés aux pensionnats indiens.

Phyllis Webstad est Northern Secwpemc (Shuswap) de la Première Nation Stswecem’c Xgat’tem (bande indienne Canoe Creek). Elle porte en elle un héritage mixte : elle est Secwepemc et Irlandaise/Française. Elle est née à Dog Creek et demeure à Williams Lake, C.-B. En 2017, Phyllis a été récipiendaire du prix TRU Distinguished Alumni Award pour son impact sans précédent dans les communautés aux niveaux local, provincial, national et international, en partageant le récit de son gilet orange. Deux semaines auparavant à Vancouver, l'honorable juge Murray Sinclair de la Commission canadienne de la vérité et de la réconciliation avait encouragé Webstad à partager son récit du gilet orange avec d'autres. Depuis, la Journée du gilet orange est devenue une opportunité annuelle pour que la discussion en lien avec tous les aspects des pensionnats indiens se poursuive.

Christopher Sheppard, Président de l’ANCA, nous fait part de ses réflexions au sujet de la Journée du gilet orange2018 : « De comprendre que nous avons tous la responsabilité d’y participer fait partie du chemin de la réconciliation. » L’ANCA et Nouveaux débuts sont d’ardents partisans de laJournée du gilet orangeet espèrent que tous puissent saisir cette opportunité aujourd’hui pour se rassembler dans un esprit de réconciliation et d’espoir pour des générations d’enfants à venir.

Plus d'histoires

Orange Shirt Day: Every Child Matters grew out of Phyllis Webstad’s account of having her sparkly new orange shirt taken away on her first day of St. Joseph Mission residential school
The annual Orange Shirt Day on September 30th opens the door to global conversation on all aspects of Residential Schools.
Orange Shirt Day: Every Child Matters grew out of Phyllis Webstad’s account of having her sparkly new orange shirt taken away on her first day of St. Joseph Mission residential school

Mots clés

weremember indigenousveteransday http-spiritpanels-humanrights-ca

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)