Relations et la violence domestique

Blâmer la victime: 5 signes, 5 mythes

La chose la plus importante à savoir: CE N’EST PAS DE TA FAUTE!! UN POINT C’EST TOUT. Si tu as subi une agression physique ou sexuelle, tu n’as rien à te reprocher.

Mais tu peux apprendre certaines choses qui peuvent t’éviter de te retrouver dans une situation dangereuse. Cela ne veut pas dire que si quelque chose arrive, que tu aies suivi ces conseils ou non, que tu es responsable. On le répète : CE N’EST JAMAIS DE TA FAUTE.  La société a encore beaucoup de travail à faire pour que les jeunes femmes soient en sécurité ou qu’elles soient. Les conseils que nous te donnons ici ne veulent absolument pas dire que tu es responsable du comportement des autres.

Blâmer la victime, c’est ça:

  • Tu m’as fait ressentir… alors j’ai…
  • Tu étais seule de ton plein gré…
  • Tu as dit…
  • Tu aurais dû t’en douter…

CE SONT DES BALIVERNES. CE N’EST PAS DE TA FAUTE.

De temps en temps, nous publions des conseils sur les façons  de rester en sécurité, parce qu’il y a beaucoup à faire pour mettre fin à la violence, mais cela ne veut en aucun cas dire que c’est de ta faute si on t’agresse ou si tu es victime d’un viol.

ÇA, ce n’est PAS blâmer la victime

  • Prendre certaines décisions sur les endroits que tu fréquentes et ce que tu fais ne veut pas dire assumer la responsabilité de ce qui t’arrive par la faute de quelqu’un d’autre. Mais en attendant que le monde soit moins dangereux pour tout le monde, il est sage de vouloir se protéger.
  • Comprendre ses droits, les démarches et ressources juridiques qui concernent les agressions et le viol ne signifie pas assumer la responsabilité d’un acte, c’est s’armer de connaissances et d’outils qui peuvent nous préparer à un parcours difficile suite à une agression.
  • Apprendre les facteurs de risque et les stratégies de prévention n’est pas blâmer la victime, c’est aider à protéger les victimes potentielles tout en poursuivant nos efforts pour rendre le monde plus sûr.
  • Apprendre ce qui fait une relation saine et comment repérer les signaux d’alarme ne revient pas à dire que la victime choisit son sort, c’est contribuer à briser un cercle vicieux dangereux.
  • Prendre soin de sa santé, demander de l’aide pour guérir d’une relation abusive et trouver des façons de s’aimer peuvent nous aider à  nous protéger de relations toxique, mais la responsabilité est toujours celle de l’agresseur.

Dernières nouvelles

Article pour le blogue : la violence envers les femmes autochtones
Reconnaître les signes de danger : la dépendance affective
Par Chrystal Dawne
La réconciliation et l’éducation des enfants
Par Chrystal Dawne

Mots clés

weremember indigenousveteransday http-spiritpanels-humanrights-ca

Participez à la discussion

Captcha?color=006091&locale=fr

S'il vous plaît entrer les caractères que vous voyez dans l'image ci-dessus.

Commentaires (0)